Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Ah! t'emmener là-bas!

Ah! t'emmener là-bas!

 

Bientôt la saison folle enivrera les êtres,

Tout chantera: les oiseaux et les fleurs;

Avril fera rêver les couples aux fenêtres;

L'air sera tiède et doux comme des pleurs.

 

Ah! t'emmener là-bas, dans ma chère vallée,

Près des ruisseaux, au bruit si cajoleur!

Mon âme, si souvent, vers eux, s'en est allée

Quand j'avais soif d'espace et de fraîcheur.

 

Tu verras le printemps frémir entre les branches,

Tout le soleil ruisseler sur les fleurs;

Les bois nous donneront leurs violettes blanches

Et le jardin son intime douceur.

 

L'aurore, en pénétrant lentement dans ta chambre,

T'imprègnera d'ineffable langueur...

Je mettrai près de toi mon corps parfumé d'ambre

Tu souriras, blotti contre mon coeur.

 

Ah! t'emmener là-bas dans ma chère vallée

Avant que la saison se soit toute envolée!

 

Variations sur un même thème (Le Jardin des Dieux, 1908)



26/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour