Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Complainte

Complainte

 

Que cet hiver m'a paru long,

Loin de tes yeux, sans ton sourire;

Je suis bien triste, ah! qu'ai-je donc?

Je souffre à ne pouvoir le dire.

 

Et voici que mes deux grands lys,

Obstinément, là, sur ma table,

Font sangloter, comme jadis,

Mon pauvre coeur si misérable.

 

Variations sur un même thème, (Le Jardin des Dieux,1908)



22/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour