Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

J'ai suivi le chemin de sable...

J'ai suivi le chemin de sable...

 

J'ai suivi le chemin de sable où vont les hommes,

Et par sept fois le sable a chanté. j'ai dormi,

Comme dorment les dieux et les bêtes de somme,

Au hasard des soleils qui n'ont jamais menti.

 

Si le vin de l'espérance est si fort, si ma vie,

Avant de repartir, jeta dans son bissac

Cet amour démonté, si le temps qui supplie

M'a soulevée en m'entraînant dans son ressac;

 

C'est que l'heure est à moi dans sa toute-puissance.

Faite de vérité et d'intime splendeur,

Riche de tout le sang dont se nourrit l'absence,

Qui pourrait soutenir ton regard, ô douleur?

 

J'ai suivi le chemin de sable et de lumière,

Avec la volonté démente qu'ont tous ceux

Qui n'ont eu que leur solitude pour litière,

Et qui poussent le ciel à la façon des boeufs.

 

Je ne m'arrêterai qu'en face de moi-même,

Quand les saisons m'auront bordée en pénitents;

L'amour magnifiera ma face et ce baptême

N'aura que le silence et Dieu pour officiants.

 

Dressez la croix de sable où j'ai posé ma tête,

L'arbre du souvenir à l'ombre de mes yeux,

Laissez venir à moi les plantes et les bêtes,

J'entends déjà crier la nuit sous ses essieux.

 

Que l'oubli qui s'étoile accélère sa route,

J'ai tracé mon sillon sous les cieux dévastés,

Mais ce qu'on ne voit pas, dans la ténèbre, écoute,

Et mon pardon qui saigne a ses septs clous plantés.

 

La croix de sable, 1927



17/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour