Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Je t'aime

Je t'aime

 

Si j'étais toute à toi, comme je le désire,

Si, près du tien, mon coeur s'endormait chaque soir,

Ferions-nous mieux vibrer notre amoureuse lyre?

Ferions-nous mieux chanter notre adorable espoir?

 

Sentirions-nous frémir, au large des caresses,

La volupté divine offerte à notre esprit

De nous sentir rivés par de telles détresses?

Oh! l'ineffable mot que nos lèvres ont dit!...

 

En arrivant à nous du fond des destinées,

L'Amour a revêtu son manteau de douleurs;

Ses plis vont recueillir l'ombre de nos années

Et toute la tristesse immense de nos coeurs.

 

Variations sur un même thème (Le jardin des Dieux, 1908)



22/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour