Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Nocturne

Nocturne

 

Il est minuit.

La bonne odeur du bois fait frissonner les roses;

L'étoile luit;

Mon coeur a chaud ce soir; sais-je pour quelles causes?

 

Tu peux venir,

Je ne te dirai rien... je laisserai la chambre

Se souvenir...

Déjà roulent vers nous de longs effluves d'ambre.

 

Trouves-tu pas

Que l'ombre agit sur nous comme un puissant dictame?

On était las...

Soudain la nuit vous berce et vous emporte l'âme!

 

Mais tu souris

Mystérieusement, sans trop comprendre,

Et t'attendris

Car tu sais bien que tes baisers vont me reprendre.

 

Je t'aime tant!

Donne tes yeux, sois grave, et donne-moi tes lèvres,

Pour qu'en partant

Je puisse encor crier ton nom parmi mes fièvres!

 

Variations sur un même thème (Le jardin des Dieux, 1908)



21/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour