Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Parfums

Parfums

 

Mon coeur d'enfant était un paradis

Rempli d'oiseaux et de choses jolies,

Je me souviens des grands jours attiédis

Qui m'inspiraient mes premières folies.

 

Mon coeur de femme est un miroir terni

Où jamais plus je ne verrai l'image

De l'être en qui j'ai mis mon infini;

Mon pauvre coeur est un enfant bien sage.

 

Variations sur un même thème

 

(Dans "Le jardin des Dieux", 1908)



19/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour