Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Vers les tropiques

Vers les tropiques

 

C'était là-bas, je ne sais où, vers les Tropiques,

Sous la coulée australe, au bout de l'eau.

Les racines du ciel pendaient dans l'air unique:

J'entrais dans le silence sans oiseau.

 

Je fus le Christ en fleur dans la nuit océane,

La croix du Sud offerte aux pélerins,

La clarté qui navigue et le mur diaphane

Où l'enfant-voyageur posa ses mains.

 

Ma bouée, en berçant la mer, l'a rendue ivre;

Tous les sanglots du vent m'ont répondu.

J'ai touché la lumière immuable où doit vivre

Ce qui m'a soulevée. Et j'ai revu,

 

Dans sa magnificence et sa force étoilée,

Le point d'or où s'alimente Dieu, tel

Qu'en ces jours d'espérance où l'âme immaculée

N'est qu'une effusion d'astres. Du ciel!

 

J'en avais dans la gorge, à tomber. Je fus l'ange

Arrêté dans l'espace. Autour de moi:

Du bleu, un bleu liquide et chaud, un bleu étrange,

Qui semblait fuir sous mes ailes en croix.

 

La croix de sable, 1927

 



15/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour