Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Tableau du soir

Tableau du soir

 

La nuit ouvre ses yeux

Sur la campagne brune

Et tord ses cheveux bleus

Qu'argente un clair de lune.

 

Le village s'endort.

Les maisons, en cadence,

Font grincer le ressort

Du vieux volet qui danse...

 

La rue, au fond du soir,

Tremble comme une vieille,

Car l'ombre va s'asseoir

Dans la tour qui sommeille.

 

L'eau morte des étangs

Souffre et se coagule.

Le bois, en cheveux blancs,

Triste, se dissimule.

 

Seul, au bord du chemin,

Un mendiant sanglote,

Tendant vers Dieu la main,

Tendant vers Dieu sa hotte!

 

Et là-bas, tout là-bas,

De sa chanson divine,

La mer berce les gas

Sur sa large poitrine!

 

Le Jardin Des Dieux, 1908.



06/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour