Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Tel un vaisseau blessé

Tel un vaisseau blessé

 

Instant qui m'as donné dans toute sa splendeur

cette compréhension muette d'une force

Que nul ciel ne détient et qui semble l'écorce

D'un arbre constellé de silence et d'odeur.

 

Dieu qui mêliez l'espace aux mots que nous taisions,

Qui nous poussiez vers cette voûte qui résiste;

Vous dont le souffle tiède, impérieux et triste,

Passait en ouragan d'étoiles sur nos fronts;

 

Pourquoi m'avoir laissée à genoux sur le seuil

Alors que l'infini stagnant sous ses paupières,

Devait laisser en moi des caillots de lumière?

Tel un vaisseau blessé tanguant contre un écueil.

 

Je flotte, au creux des soirs, entre deux horizons:

L'un, roulant des soleils parmi ses lames bleues,

L'autre devant s'étendre à des milliers de lieues

Face à l'éternité qui nous sert de cloisons.

 

Et c'est toi que poursuit infatigablement

Mon esprit immobile englouti sous ses voiles,

Avec ses hublots morts tout maculés d'étoiles.

Quel souvenir, ce soir, flotte dans ton grément?

 

La croix de sable, 1927.

 



03/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour