Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Fumée, oiseau-fantôme

Fumée, oiseau-fantôme

 

Il faudrait mesurer l'espace en cet instant

Puisqu'il nous a rejoints et que se multiplie

Le désir d'adorer. Blottis contre le temps,

Sommes-nous pas, ce soir, plus jeunes que la vie?

 

Ah! qu'il nous soit permis, à nous, buveurs du ciel,

De nous étreindre à en pleurer; que sous nos tempes

Résonne ta douceur, ô sillage irréel,

Fumée, oiseau-fantôme et musique des lampes.

 

La croix de sable, 1927.



05/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour