Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Immobilité

Immobilité

 

D'un bleu sourd, cette nuit. Et cet appel tenace,

Lévriers du silence ou hauts-bergers du soir?

Les étoiles du Sud ont maintenu l'espace

          Et, brisant leur fermoir,

 

Roulent parmi le sable, et le sable étincelle

Et chante. Voici l'heure entre toutes: l'oubli

Fume; des grappes d'ombre ont creusé leur abri;

Toute ma terre est là sur ma poitrine, belle

 

            Comme un fruit noir.

Un invisible amour a renversé ma tête;

Des vagues de parfums enveloppent le soir...

                  O volupté

Que ne gouverne plus la chair, et qui s'allaite

A cet océan blanc qu'est l'immobilité!

 

Rachgoun.

 

Les Versets du Soleil, 1921



10/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour