Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Marché arabe

Marché arabe

 

La grande odeur connue aux ailes de safran,

Diable jaune enroulé dans son chapelet d'ail,

De piments et d'oignons. Kabyles et bétail

Piétinant sous le ciel parmi des excréments.

 

Fruits des ravins montant en pyramides d'or,

Eclaboussant de ciel les boutiques pelées,

Amoncellement blanc d'un arabe qui dort

          Près des pastèques égorgées.

 

Et, toujours, dominant midi de sa voix mate,

Laboureur du soleil, disciple des cigognes,

          Le muezzin chante.

Mendiants et vieillards montrent leur face borgne;

          La mauresque est plus lente.

 

Seul, vêtu de piments et bourré d'aromates,

          Le marché se soulève.

Des épluchures d'or bougent ddans les ruisseaux,

L'homme du café maure a sifflé ses troupeaux,

L'odeur vivante monte. Et, courbé vers son rêve,

L'homme écrase une rose et des poux sur sa peau.

 

Blidah.

 

Les Versets du Soleil, 1921



30/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour