Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Pour la même (Isabelle Eberhardt)

Pour la même

 

Comme toi j'ai franchi d'un bond ma destinée,

Rassasiant ma soif et mon désir d'amour

A ce même horizon. Et, fixant tour à tour,

        Dans leur course effrénée,

Le silence et le sable, il m'a suffi d'un jour

 

Pour comprendre à jamais la splendeur du néant.

Mon coeur d'homme a battu plus haut que les ténèbres,

Le soir devint ma proie et l'oubli fut si grand

Que j'ai senti des pleurs secouer mes vertèbres.

 

Comme toi j'ai dompté mon âme et, cravachant

Mon rêve, j'ai conquis, de par ma volonté,

La force que voilà. Qu'importe le printemps?

Je resterai debout, face à l'éternité,

 

Avec la certitude exacte que la mort

Ne pourra pas m'atteindre, ayant depuis toujours,

Dressé vers l'infini, comme unelampe d'or,

        Mon coeur de chaque jour.

 

Les Versets du Soleil, 1921.



12/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour