Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Lalla-Marghnia

Lalla Marhnia

 

Auberge du soleil et carrefour des coqus,

Vieil asile d'amour où se heurte et s'accouple

La bande de misère arrachée au Maroc

Et qui rit sans savoir sous ses vêtements souples.

 

Ciel béant assourdi par les eucalyptus;

Silence en fusion coupé par les sloughis;

Fourmillement crasseux, lèpre du paradis,

Tout se mêle et fermente, offrant ses détritus

             Et ses voiles pourris

             Au hammam qui s'éveille.

 

Et, parmi l'eau dorée et les citrons épars,

Troupeau que le vent chasse et qu'un rien émerveille,

Ceux du Sud, étirant leurs corps de léopards,

Mordent à pleines dents dans un gâteau d'abeilles.

 

Les Versets du Soleil, 1921.



03/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour