Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Le vieillard au jasmin

Le vieillard au jasmin

 

          L'homme est aveugle et blanc.

Son dos maigre a gardé sa courbe de misère.

Nul bâton. Mains de Christ ou de petit enfant

Elevant un rameau tout criblé de lumière;

 

Car l'homme, avant d'errer dans les ruelles mortes,

         Où sont les filles à vingt sous,

S'en va vers le jardin aux mille et une portes

Où le jasmin est roi, et, cueillant ses bijoux,

 

S'en faisant des colliers, s'achemine là-bas

Vers le caouadji borgne où les matrones rouges

S'accouplent aux marins, où les ruelles bougent,

Où les maisons se font des gestes de Casbah,

 

Et, mêlé à l'odeur de musc et de santal,

Pataugeant dans le bleu humide des ruelles,

L'homme au jasmin, d'un geste oriental,

Effeuille ses colliers dans la nuit irréelle.

 

La Casbah, Alger.

 

Les Versets du Soleil, 1921



03/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour