Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Un hammam

Un hammam

 

Un jour dur. Midi cogne au sommet dess ruelles,

             Déchirant le ventre

      Des boutiques, coupant les ailes

Des mosquées. Deux marches bleues. J'entre.

 

Les murs crépitent sous mes doigts;

Des écorces de fleurs tremblent entre les dalles;

A grosses gouttes l'ombre, en retombant, vous boit.

           Et, brisant ses pétales,


Eclaboussant de ciel le portrait entrouvert,

Le hammam a surgi entre ses piliers verts.

 

Des croûtes de soleil ont rongé les murailles;

J'avance, en trébuchant, vers un jardin d'eau vive,

A travers la buée où le silence baille.

      Et la splendeur est si définitive

 

Avec ces hommes nus drapés dans leur lumière,

       Ces chapiteaux où de l'or a coulé,

Cette sueur de fête attachée à la pierre,

Qu'on regarde à genoux, d'un coeur immaculé,

Ce temple asiatique où ces dieux sont couchés.

 

Brousse.

 

Les Versets du Soleil, 1921.



05/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour