Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Grande aile qu'on replie

Grande aile qu'on replie

 

Le soir se multiplie en ondes inégales,

Et je suis, tour à tour, matière, flamme, esprit;

               O volupté totale,

Credo des condamnés rués vers l'infini!

 

Méthodique et berceur ton souffle me soulève;

En m'aspirant, ta bouche a suspendu mon vol...

               Car, tendu vers ton rêve,

Mon râle a la fraîcheur triste du rossignol.

 

Abandonne la rive où s'emperle l'espace,

N'es-tu pas le marin, à bord d'un vaisseau blanc,

                Que nul ciel ne dépasse,

Notre âme étant couchée en travers des haubans?

 

Comme je te sens mien, ce soir, malgré la vie,

Quel apaisement neuf, après l'afflux divin...

                Grande aile qu'on replie

Pour que la chair ait son langage surhumain.

 

La croix de sable, 1927.

 



03/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour