Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

L'escale

L'escale

 

Avant l'escale, un coup de reins

          Petits gars!

Petits gars, c'est nous les marins

          Renégats.

 

Hisse la voile, matelot,

          Forte tête

Qui tangue comme un cachalot;

          Roi-poète

 

Chantant dur, crevant ton filet

          O nuit vierge,

Où roule, à travers tes galets,

          L'âme-cierge.

 

Eh! là-bas, le mousse, aux filins!

          La mort fume;

Faut cambrer vos torses, félins,

          Gars d'écume.

 

L'amour siffle et l'île est au bout

          Du mirage;

L'île, notre île! Tous debout!

          L'abordage

 

Commence. Et je pleure, je ris,

          Et j'appelle,

Comme un qui se souvient. proscrits,

          A vos ailes!

 

Eh bien, petits gars, faut chanter

          Et remoudre

La joie; un vin d'éternité

          Pourra sourdre.

 

Pourquoi bâillez-vous, dents à dents,

          Les yeux vides,

Jambes molles, sexe en dedans?

          Qu'on décide

 

Qui de nous va sauter à l'eau,

          Pour la frime

Ou pour tout de bon. Mon radeau

          Crevé, trime,

 

S'époumonne, pour vous sauver,

         Sacs à corde,

Vous que j'aurais voulu river

         Au ciel. Horde

 

S'acheminant vers l'avenir,

         Les vertèbres

Cassées. Rien ne peut fleurir

         Quand des zèbres

 

On dévoré par les deux bouts

         Ta lumière,

Espérance ayant vent debout.

         Terre! Terre!

 

La vigie a signalé Dieu,

         Mais au large;

Nagez, les gars, abordons-le:

         Plus de marge,

 

Nous commandons tous, corps à corps,

         Voile à voile;

Jetez l'âme par-dessus bord,

         Bois la moelle

 

De soleils, matelot. le jour

         S'échevèle

Dans un spasme, et l'île d'amour,

         Sûre d'elle,


Entr'ouvre son giron. Eh bien,

         Suis-je seule?

Me laissera-t-on comme un chien,

         Moi, l'aïeule,

 

Le capitaine aux longs yeux, fleur

         Des naufrages,

Mes souvenirs plantés au coeur,

         Sans équipage,

 

N'ayant, pour reposer mon front

         Qui s'égoutte,

Que la mort où nous entrerons

          Quand la route

 

Sera terminée? A Dieu vat

          O vieux songe,

L'horizon joue échec et mat:

          Je replonge,

 

Avec l'ange sur mon poitrail.

          Vaste houle

Me revoici. Quant au bétail,

          Que la foule

 

S'en occupe, moi, je repars

          A plein ventre

Vers la clarté. Les salopards

          Sont dans l'antre

 

Où l'alcool a son lumignon,

          Bah! qu'ils crèvent.

Je garde, pour tout compagnon,

          La nuit brêve,

 

Et j'en fais ma maîtresse-amant,

          Mon athlète,

Mon souteneur et mon enfant

          Le poète

 

A la part du roi; saluez

          O Paillasses,

Ma tâche est finie. Evohé!

          Ma barcasse

 

Gifle les flots, et d'un seul bond

          Va rejoindre

Ta coupole, lame de fond.

          Le moindre

 

Châtiment que peut m'infliger

         Cette garce

La vie. Alors, on peut plonger

         Ma comparse?

 

Floc... Rien à faire... La douleur

         Flotte et saigne:

A la prochaine fois, mon coeur,

         Si Dieu règne.

 

Le credo sur la montagne, 1934



29/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour