Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

O puissance invisible

O puissance invisible

 

Toi qui régis la source et l'herbe et le ruisseau,

La montagne, le fleuve et le soleil qui monte;

Toi qui gouvernes l'homme et pousses son vaisseau

Vers le large, ô Puissance invisible, vieux conte

Que l'âme aïeule entend le soir dans son berceau;

 

Pourquoi porter ailleurs ton silence énergique

Son flux et son reflux, ton souffle et son miracle,

Quand Terre éponge encor notre sang sans sa crique

Et malgré nos efforts a sa voile qui racle,

Son Dieu-pilote ayant sombré dans l'Atlantique.

 

Devrais-je te chercher au fond de mon cerveau,

- D'aucuns diraient le coeur, bien qu'en réalité

La matière et l'esprit soient au même niveau

Ou dans l'atome d'or, agrégat de bonté

Résumant l'Infini dont l'Homme est le credo?

 

Le credo sur la montagne, 1934.



25/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour