Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Paradis du mirage

Paradis du mirage

 

Jardin souple, ô lumière en faisceau, paradis

                  Du mirage;

Souffle ininterrompu des roses de midi,

                  Héritage

Des dieux, rançon de l'homme et murmure des âges;

 

Je suis à toi depuis des siècles. Chant limpide,

                   Rossignol,

Goutte d'or égarée et qui bouges, dévide

                   Près du sol

Et dans l'éther, ton cri, pour étouffer ce vide.

 

J'ai froid jusqu'à l'extase et mes racines pleurent.

                    C'est bien moi,

La berceuse d'oiseaux, sans but et sans demeure:

                    C'est pourquoi

Dans ma gorge, ce nid où mon enfance pleure.

 

Merci, l'oiseau et l'arbre, et qu'advienne l'automne;

                    Votre enfant

N'a pas voulu mourir, car ce ciel qu'on tisonne

                    Me défend,

Car ce ciel a saigné dans l'ombre qui rayonne.

 

Je vous dois d'être nue en face de moi-même,

                    Je vous dois

Ma langueur ivre et mon pardon, lorsque j'essaime

                    Sur ma croix

La grande odeur du Christ offerte à ceux que j'aime.

 

Vois, je suis à genoux devant ma destinée,

                   Et j'attends

Que l'eau lustrale et la rose m'aient pardonnée=

                   Le printemps

Ne pouvait mourir, car ma lumière s'est donnée.

 

Le credo sur la montagne, 1934



05/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour