Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Pour Cheriffa

Pour Cheriffa

Se rendant au tombeau de Sidi-Bou-Médine

 

Tu choisiras la rose entre toutes les roses,

Des siècles de parfum la feront reconnaître;

Mon coeur de l'autre année a dû fleurir, peut-être

Tu le découvriras parmi toutes les choses.

 

Cueille la fleur et redescends vers la mosquée.

La route est blanche et les cieux blancs;

Que tes voiles de lin soient imprégnés d'encens,

Ta robe sera d'or; tu resteras drapée

 

Dans ton haïk de neige;

Et, tenant d'une main la rose éblouissante,

Saluant par sept fois l'invisible cortège

Que t'enverra mon âme, offre au tombeau qui chante

L'aumône que voilà.

 

Tlemcen.

 

Les Versets du Soleil, 1921.



08/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour