Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Pour Isabelle Eberhardt

Pour isabelle Eberhardt

 

Le cimetière d'Aïn-Seffra

 

Le front tourné vers l'Orient, tenant encor

Des mèches de soleil et des lambeaux de sable,

                      Elle dort.

Rien ne saurait briser la courbe imprérissable

 

D'un tel rêve. Une pierre et un nom.

         Syllabe par syllabe

         J'appelle et me réponds,

Ne voulant pas troubler le grand silence arabe

         Qui monte de la terre.

 

           Amant de la lumière,

Eperonnant le vide et maintenant l'espace

           Sous ses étriers d'or,

                  Elle passe.

 

Le burnous qui la drape et qui baise son corps

      Est blanc. Des siècles de poussière

                   La cernent;

Prophète du désert et de l'éternité,

               Portant en berne

     Le bonheur et, vers sa nudité

Faisant tournoyer Dieu, elle attendra l'instant

            Réservé à tout être,

Et, saluant la mort, avant de disparaître,

Etanchera sa soif aux sources de l'oubli.

 

               Le désert! ô néant!

               Tabernacle du coeur,

               Seul lieu où la douleur

               A pu creuser son lit

Pour que l'homme à jamais puisse y verser des pleurs.

 

Etre soi-même l'horizon et d'un coup d'ailes

          Franchir tout ce qui ment,

Apercevoir, de loin, l'oasis éternelle,

S'arrêter sur le seuil voluptueusement

                   Et repartir!

        Serions-nous donc semblables

     A ces oiseaux du Sud dont l'aile cogne

Au sommet du mirage?Ah! pouvoir atterrir

            Au pays des cigognes

Et mourir de silence en regardant le sable!

 

Aïn-Seffra

 

Les versets du Soleil, 1921.



12/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour