Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Quand j'aurai terminé ma tâche

Quand j'aurai terminé ma tâche

 

      Quand j'aurai terminé ma tâche,

      Quand mon cerveau, n'en pouvant plus,

Dormira jusqu'au bord, qu'on étende une bâche

Sous le ciel et qu'on prévienne Dieu. révolus

         Tes printemps, ma petiote.

         Ah! ce ciel qu'on remâche.

 

         Allons, allons, remets encore

         Ce vieux pichet sur l'escabeau.

Fait-il soif, quand on jeûne en boutonnant l'aurore.

On dirait que nos jours, voulant avoir plus chaud,

Boivent à même leur détresse. Qu'on redore

 

          Jusqu'à ma semelle qui bâille,

          Pour que la mort et son écu

Proclament par-dessus les toits, tes funérailles,

Coeur qui roules carosse ou quelque tapecu

Valant son pesant d'or, étant juste à ma taille.

 

Le credo sur la montagne, 1934.

 



19/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour