Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Quel cygne ai-je frôlé?

Quel cygne ai-je frôlé?

 

Quel cygne ai-je frôlé? Quelle atmosphère bleue,

En propageant ses ondes sous mon front,

M'a fait apercevoir, à des milliards de lieues,

La clarté pacifique où nous entrons,

Quand la mort, comme un paon, laisse traîner sa queue?

 

J'ai plongé mon visage en travers des nuées,

Avec la certitude que les dieux

Brassaient le ciel, et que leur souffle et sa buée,

Célébrant les vendanges d'autres cieux,

Me lançaient leur lumière ainsi qu'une bouée.

 

Pour que l'oubli fût plus total; pour que mes ailes

Rejoignissent l'ange sur son radeau,

J'ai frappé du talon, lançant vers tes poutrelles,

Immensité, les fleurs de mon cerveau:

L'espace, en les buvant, était moins rose qu'elles.

 

Laissez-moi pénétrer dans la coque des astres,

Dieux qui draguez le ciel pour en tirer

Les richesses que de désastres en désastres,

L'homme accumule. Je veux voir flotter

Ma temps qui s'étoile autour de ton cadastre

 

Eternité. Je veux jouir jusqu'à l'extase

De ta lumière offerte, oubli: seul vol

Pouvant nous projeter, et sans la moindre emphase,

Là-haut, comme le cri du rossignol

Qui saigne de pleurer vers la nuit qui s'évase.

 

Le credo sur la montagne, 1934.



28/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour