Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Sourires

Sourire

 

Sourire dans l'alcôve blanche,

Que l'heure douce semble lente!

Une rose, là-bas, se penche

Sur le coeur divin de l'amante.

 

Sourire des lèvres mi-closes

Où le baiser se pose et rêve;

Le cher secret, par vous, s'achève.

Oh! le pur regard que tu n'oses!

 

Sourire inquiet de l'attente

Dans la demeure solitaire,

Et le coeur serré pour se taire

Quand va commencer la tourmente!

 

Sourire blanc estompé d'ombre

Dans la grisailledes journées!

Pli des lèvres abandonnées

Creusé par des larmes sans nombre!

 

Sourire enfin des lèvres mortes

Aux commissures résignées;

Toutes douleurs sont éloignées,

O mort, quand s'entr'ouvrent tes portes!

 

Elégies

dans "Le Jardin du Soleil, 1908.



04/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour