Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Tlemcen en plein midid

Tlemcen en plein midi

 

               Un soleil immobile,

         Des poussières d'alfa, une île

De silence et de poivre élargissant ses palmes,

Et, côte à côte, au creux des maisons calmes,

Des enfants accroupis léchant un gâteau d'huile.

 

Midi. Voici l'instant d'errer dans les écorces

Et les parfums, les reins creusés, blancs de fatigue,

Et l'on tangue, à travers des piments et des figues,

En écrasant Tlemcen contre sa chair. Sa force

 

Est d'être nue et bleue. On marche en la buvant

Comme certains ruisseaux que longent les gazelles;

A demi renversée et sa chemise au vent,

Des gouttes de soleil sur son ventre, elle est celle

 

Qu'on broie, et qui palpite, et ne se souvient guère.

Peti garçon du Sud ou princesse en haillons,

Elle est tout à la fois le cloaque éphémère

Et le jardin où l'âme a creusé son sillon.

 

Un invisible amour a brodé ses babouches;

Moite de souvenirs et de fumée, elle a

Sa robe de ruelle et son manteau d'agha.

Que lui importe l'heure? Une rose à la bouche

 

Et les versets du ciel contre son coeur, Tlemcen

S'offre en sourdine et passe. Une chanson mauresque,

Une voile, des colliers, presque un sourire, presque,

Et ma maison s'ouvrant ainsi qu'un cyclamen...

 

Les Versets du Soleil, 1921

 



09/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour