Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Un berger du Sud

Un berger du Sud

 

L'homme a poussé son troupeau vers le Sud. J'ai dit:

"Conduis-moi vers l'Oued, mon âme a soif." Alors,

Renversant à mes pieds des couffins de fruits morts,

Eloignant de ma lèvre une eau de paradis,

 

L'homme a fixé le sable et, d'une voix cassée,

Par sept fois pronnonçant les paroles bibliques,

A repris gravement sa marche cadencée.

Le silence, effleurant sas prunelles obliques,

 

           Emporta ses syllabes

Je me retrouvai seule en face de la nuit.

Une odeur de broussaille et de gourbi arabe

     Emplissait le soir rude. Oh! ce bruit

 

          On ne sait d'où venu,

Respiration lente et chaude d'une bête,

          Souffle de l'inconnu,

Coursier ferré de lune, ayant, comme un squelette,

Des larmes sur les os, coursier que nul n'arrête,

 

Echo de ce qui pleur et n'a jamais été,

         Et dont les battements

         Sourds et précipités

Ne sont qu'une réponse et qu'un hymne au néant...

 

Les Versets du Soleil, 1921.



11/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour