Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Un figuier, la nuit...

Un figuier, la nuit...

 

La chose verte est là, avec ses feuilles chaudes.

                 Ca sent la terre.

       La plaine, une étoile qui rôde,

          Cet arbre et moi. J'adhère

 

           A lui, je bois sa force.

Le silence des fruits tombe. L'heure immobile.

On entendrait le coeur qui saigne sous l'écorce,

O prière de miel, petit oiseau des îles,

 

Souvenir de chez moi, comme vous sanglotez!

Et cependant j'enferme en vous tant de mensonge(s)!

L'arbre qui suit ma vie est là. J'ai pris la clef

Et me voici dans un jardin qui se prolonge.

 

Des musiques, de l'eau qui saute, une voix grêle,

Un clair de lune arabe où roulent des cailloux;

              T'étreindrai-je à genoux,

       Jet d'eau dont j'ai coupé les ailes?

 

Les versets du Soleil, 1921.



06/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour