Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Un portique et une esclave noire

Un portique et une esclave noire

 

           Au pays des Souks

           Et des vasques pures,

Dans une ruelle aux senteurs de bouc,

Parmi la pierraille et des épluchures.

 

J'ai vu un portique et une esclave noire.

 

J'avais une rose, et pour cette rose

Le portique s'est ouvert soudain;

Des enfants dansaient autour d'un jardin,

La cour était nue et les chambres closes.

 

J'ai vu le jet d'eau où l'oiseau vient boire,

Le jasmin géant, les citernes d'or,

           L'arbre, j'ai vu l'arbre

Millénaire, dont le charme endort,

Et qui boit le coeur des maisons de marbre.

 

Et j'ai chanté pour lui ma chanson étouffée

           Aux pleurs impérissables;

C'était l'heure où notre âme a sa robe de fée

           Et son manteau de sable.

 

Un immobile amour allant jusqu'aux racines

           Enveloppait la terre,

Et j'étais là, devant cette chose divine:

La colombe et la fleur échangeant leur lumière.

 

Oudjda.

 

Les versets du Soleil, 1921.



03/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour