Jeanne Dortzal

Jeanne Dortzal

Vaste amour

Vaste amour

 

Souffle qui sans arrêt, passant par l'équateur,

              Remontant jusqu'au pôle,

Fais flotter les printemps sur la mer; cygne-fleur

              Effleurant notre épaule,

Quand, les deux bras en croix, dans l'abîme enchanteur,

L'homme étoile a la courbe et la beauté d'un saule;

 

Vaste amour qui perçois à ton poste d'écoute

              Les ondes que les dieux,

Depuis l'éternité, captent sous cette voûte;

              O souffle radieux

Dont les vibrations m'arrivent en déroute,

Larmes et vent ayant coupé l'antenne en deux.

 

Le credo sur la montagne, 1934.



26/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour